À propos


« La lettre numérique » est un projet qui fait suite à un premier atelier mené au printemps 2013 avec des habitantes des quartiers Font Vert, la Busserine et Picon de la Ville de Marseille avec Haythem Zakaria, artiste numérique et Théodore Vodenitcharov, vidéaste. Cette première expérience a donné lieu à la réalisation d’une œuvre multimédia présentée aux loges de la Bastide Saint Joseph dans le cadre de l’exposition «Abc d’erres», programmée à l’occasion de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture.

Les participantes ont alors fait naître une ode à l’enfance à partir d’images prises depuis leurs fenêtres, images auxquelles ont été associées des sonorités, des poèmes qu’elles ont collectés. L’objectif était à partir du choix d’un mot, de créer un contenu multimédia issu d’une réflexion collective en utilisant les outils médias et web. Ce premier atelier a permis d’affiner la démarche et de cerner comment permettre à ces femmes d’acquérir des compétences dans l’utilisation à la fois des nouvelles technologies mais aussi des outils médias.

Le projet est reconduit en 2014 et 2015 avec comme parti pris de croiser le regard de ces femmes avec celui de collégiens, en remettant au goût du jour « la correspondance ». L’enjeu est double : décomplexer et former les publics à l’utilisation des outils média et numériques à partir de savoir-faire simples et efficaces, porter témoignage de leur capacité « à être » dans un échange intergénérationnel. « La lettre numérique » propose d’explorer de nouveaux outils à partir de recherche d’image et de son, en formant les publics à l’utilisation du web, à la prise d’image et de sons, à la numérisation de documents et d’archives.

Le choix de « La lettre numérique » est aussi celui de la correspondance, choix d’un ou des destinataires et des multiformes que l’objet final peut prendre. La correspondance est basée sur la relation à l’autre – l’interactivité – par le biais de la réponse. C’est un support dont les échanges peuvent être source d’information, de témoignage et trace d’un récit personnel.

C’est de cette façon qu’une correspondance est engagée entre ces femmes et les collégiens, afin que chacun puisse se présenter sans préjugés (seules les indications sur l’âge seront données), les publics ne se rencontrent qu’à la fin des ateliers à l’occasion du festival Marseille retrouve le Nord.


Projet réalisé dans le cadre du dispositif 13 en partage, avec le soutien du Département des Bouches-du-Rhône

cg13 DNoYy